Chercher les endroits intéressants
Actualités – Voir tous »

DOSSIERSBiographie de Sonia M’barek, ministre de la Culture

Sonia M’barek, nommée ministre de la Culture au sein du gouvernement de Habib Essid, est née en 1969. Initialement chanteuse et assistante à l'Institut supérieur de m plus ...

6 January 2016
Top Lieux
Nefta

Nefta est une ville oasis du Jérid située au sud-ouest de la Tunisie. Rattachée administrativement au gouvernorat de Tozeur, elle constitue une municipalité comptant 20 30<p style="text-align: justify;"><span style="font-size: medium; font-family: arial, helvetica, sans-serif;"><strong>Nefta</strong> est une ville oasis du J&eacute;rid situ&eacute;e au sud-ouest de la Tunisie.</span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-size: medium; font-family: arial, helvetica, sans-serif;">Rattach&eacute;e administrativement au gouvernorat de Tozeur, elle constitue une municipalit&eacute; comptant 20 308 habitants en 20042.</span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-size: medium; font-family: arial, helvetica, sans-serif;">La ville est reli&eacute;e par la route &agrave; Tozeur et &agrave; l'Alg&eacute;rie, la fronti&egrave;re se situant &agrave; une trentaine de kilom&egrave;tres de la ville. L'a&eacute;roport international de Tozeur-Nefta se trouve &agrave; une vingtaine de kilom&egrave;tres. Coinc&eacute;e entre le Chott el-J&eacute;rid et les dunes du Sahara, son climat est doux et sec en hiver (20&deg; C). Par contre, l'&eacute;t&eacute; est chaud et le sirocco y souffle souvent.</span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-size: medium; font-family: arial, helvetica, sans-serif;">Vue de la corbeille en d&eacute;cembre 1963</span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-size: medium; font-family: arial, helvetica, sans-serif;"><strong>M&eacute;dina de Nefta</strong></span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-size: medium; font-family: arial, helvetica, sans-serif;">La ville &eacute;tait jadis une cit&eacute; numide puis romaine et enfin arabe o&ugrave; elle devient un haut lieu du soufisme. La confr&eacute;rie soufie de la Qadiriyya, &agrave; laquelle Isabelle Eberhardt &eacute;tait affili&eacute;e, est connue dans tout le Maghreb. L'influence de ce courant religieux reste pr&eacute;sente jusqu'&agrave; nos jours. La ville abrite &eacute;galement une centaine de marabouts dont le c&eacute;l&egrave;bre Sidi Bou Ali qui la lib&eacute;ra des musulmans ibadites et la convertit &agrave; l'islam sunnite au xiiie si&egrave;cle. Il fonde une confr&eacute;rie religieuse influente, un p&egrave;lerinage &eacute;tant organis&eacute; annuellement autour de la zaou&iuml;a de ce saint.</span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-size: medium; font-family: arial, helvetica, sans-serif;">Depuis la &laquo; corbeille de Nefta &raquo;, la zone o&ugrave; autrefois coulaient les sources, l'eau &eacute;tait canalis&eacute;e en un oued qui se ramifiait ensuite pour abreuver la palmeraie qui s'&eacute;tend sur 300 hectares et compte pr&egrave;s d'un demi-million de palmiers-dattiers. Dans cette corbeille suintait l'eau provenant de 152 sources. Au d&eacute;but des ann&eacute;es 1980, le tarissement des sources3 a caus&eacute; la disparition de nombreux palmiers.</span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-size: medium; font-family: arial, helvetica, sans-serif;">L'architecture des maisons de Nefta est propre &agrave; la r&eacute;gion du J&eacute;rid : tout comme &agrave; Tozeur, les murs sont constitu&eacute;s de briques cuites de couleur ocre. Les toits ainsi que les portes des maisons sont fabriqu&eacute;s &agrave; partir de bois de palmier. Nefta ou ses environs ont accueilli un nombre important de cin&eacute;astes. Y ont &eacute;t&eacute; tourn&eacute;s des s&eacute;quences de films tel que Le Patient anglais, dans les rues de la ville, et le c&eacute;l&egrave;bre Star Wars, dans le d&eacute;sert non loin de l&agrave;.</span></p>

Voir plus
Médenine

Médenine est une ville du sud de la Tunisie située dans la plaine de la Djeffara. Elle occupe une position centrale à 75 kilomètres au sud de Gabès, 78 kilomètres à l'ouest de Ben Gardane et une cinquantaine de kilomètres au nord de Tataouine ; la capitale Tunis se trouve à 482 kilomètres au nord. Chef-lieu du gouvernorat du même nom, elle constitue une municipalité créée le 13 décembre 1913 et comptant 61 705 habitants en 20041. Histoire On peut y trouver des ksour et des ensembles de greniers à provisions de forme demi-cylindrique appelés ghorfas ; les premiers d'entre eux ont été construits vers le xviie siècle. C'est surtout un point de départ pour de nombreux circuits touristiques. La région a été le théâtre d'un échec allemand, la contre-attaque du général Erwin Rommel dans le cadre de l'opération Capri, en mars 1943, contre les forces britanniques de la 8e armée. La bataille est le dernier engagement de Rommel en Afrique du Nord avant qu'il ne soit remplacé par le général Hans-Jürgen von Arnim tant que commandant de l'Afrika Korps. Activités Elle abrite le siège de l'Office de développement du Sud et une zone industrielle comportant des usines de carrelages, de briques et une usine d'embouteillage de l'huile d'olive. Dans le nord de la ville, à Koutine, se trouve une usine de produits laitiers et de boissons gazeuses. La ville est dotée d'un grand hôpital portant le nom de l'ancien président Habib Bourguiba. Éducation Institut des régions arides de Médenine qui étudie les milieux du sud de la Tunisie ; Institut supérieur d'informatique de Médenine ; Institut supérieur de biologie appliquée de Médenine ; Institut supérieur des études appliquées en humanités de Médenine.<p style="text-align: justify;"><span style="font-size: medium; font-family: arial, helvetica, sans-serif;"><strong>M&eacute;denine</strong> est une ville du sud de la Tunisie situ&eacute;e dans la plaine de la Djeffara.</span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-size: medium; font-family: arial, helvetica, sans-serif;">Elle occupe une position centrale &agrave; 75 kilom&egrave;tres au sud de Gab&egrave;s, 78 kilom&egrave;tres &agrave; l'ouest de Ben Gardane et une cinquantaine de kilom&egrave;tres au nord de Tataouine ; la capitale Tunis se trouve &agrave; 482 kilom&egrave;tres au nord.</span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-size: medium; font-family: arial, helvetica, sans-serif;">Chef-lieu du gouvernorat du m&ecirc;me nom, elle constitue une municipalit&eacute; cr&eacute;&eacute;e le 13 d&eacute;cembre 1913 et comptant 61 705 habitants en 20041.</span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-size: medium; font-family: arial, helvetica, sans-serif;"><strong>Histoire</strong></span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-size: medium; font-family: arial, helvetica, sans-serif;">On peut y trouver des ksour et des ensembles de greniers &agrave; provisions de forme demi-cylindrique appel&eacute;s ghorfas ; les premiers d'entre eux ont &eacute;t&eacute; construits vers le xviie si&egrave;cle. C'est surtout un point de d&eacute;part pour de nombreux circuits touristiques.</span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-size: medium; font-family: arial, helvetica, sans-serif;">La r&eacute;gion a &eacute;t&eacute; le th&eacute;&acirc;tre d'un &eacute;chec allemand, la contre-attaque du g&eacute;n&eacute;ral Erwin Rommel dans le cadre de l'op&eacute;ration Capri, en mars 1943, contre les forces britanniques de la 8e arm&eacute;e. La bataille est le dernier engagement de Rommel en Afrique du Nord avant qu'il ne soit remplac&eacute; par le g&eacute;n&eacute;ral Hans-J&uuml;rgen von Arnim tant que commandant de l'Afrika Korps.</span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-size: medium; font-family: arial, helvetica, sans-serif;"><strong>Activit&eacute;s</strong></span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-size: medium; font-family: arial, helvetica, sans-serif;">Elle abrite le si&egrave;ge de l'Office de d&eacute;veloppement du Sud et une zone industrielle comportant des usines de carrelages, de briques et une usine d'embouteillage de l'huile d'olive.</span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-size: medium; font-family: arial, helvetica, sans-serif;">Dans le nord de la ville, &agrave; Koutine, se trouve une usine de produits laitiers et de boissons gazeuses.</span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-size: medium; font-family: arial, helvetica, sans-serif;">La ville est dot&eacute;e d'un grand h&ocirc;pital portant le nom de l'ancien pr&eacute;sident Habib Bourguiba.</span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-size: medium; font-family: arial, helvetica, sans-serif;"><strong>&Eacute;ducation</strong></span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-size: medium; font-family: arial, helvetica, sans-serif;">Institut des r&eacute;gions arides de M&eacute;denine qui &eacute;tudie les milieux du sud de la Tunisie ;</span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-size: medium; font-family: arial, helvetica, sans-serif;">Institut sup&eacute;rieur d'informatique de M&eacute;denine ;</span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-size: medium; font-family: arial, helvetica, sans-serif;">Institut sup&eacute;rieur de biologie appliqu&eacute;e de M&eacute;denine ;</span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-size: medium; font-family: arial, helvetica, sans-serif;">Institut sup&eacute;rieur des &eacute;tudes appliqu&eacute;es en humanit&eacute;s de M&eacute;denine.</span></p>

Voir plus
Djerba

Djerba, parfois orthographiée Jerba, est une île de 514 km2 (25 kilomètres sur 20 et 150 kilomètres de côtes) située au sud-est du golfe de Gabès et barr<p style="text-align: justify;"><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif; font-size: medium;">Djerba, parfois orthographi&eacute;e Jerba, est une &icirc;le de 514 km2 (25 kilom&egrave;tres sur 20 et 150 kilom&egrave;tres de c&ocirc;tes) situ&eacute;e au sud-est du golfe de Gab&egrave;s et barrant l&rsquo;entr&eacute;e du golfe de Boughrara, au sud-est de la Tunisie. C&rsquo;est la plus grande &icirc;le des c&ocirc;tes d&rsquo;Afrique du Nord. Sa principale ville, Houmt Souk, rassemble &agrave; elle seule 44 555 des 139 517 Djerbiens.</span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif; font-size: medium;">Ulysse l&rsquo;aurait travers&eacute;e, les Carthaginois y fond&egrave;rent plusieurs comptoirs, les Romains y construisirent plusieurs villes et y d&eacute;velopp&egrave;rent l&rsquo;agriculture et le commerce portuaire. Pass&eacute;e successivement sous domination vandale, byzantine puis arabe, Djerba est devenue depuis les ann&eacute;es 1960 une destination touristique populaire. Elle demeure marqu&eacute;e &agrave; la fois par la persistance de l&rsquo;un des derniers parlers berb&egrave;res tunisiens, l&rsquo;adh&eacute;sion &agrave; l&rsquo;ibadisme d&rsquo;une partie de sa population musulmane et la pr&eacute;sence d&rsquo;une communaut&eacute; juive dont la tradition fait remonter la venue &agrave; la destruction du Temple de Salomon.</span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif; font-size: medium;">L&rsquo;&icirc;le est reli&eacute;e au continent, au sud-ouest par un bac qui conduit d&rsquo;Ajim &agrave; Jorf et au sud-est par une voie de sept kilom&egrave;tres, dont la premi&egrave;re construction remonterait &agrave; la fin du iiie si&egrave;cle av. J.-C., entre la localit&eacute; d&rsquo;El Kantara et la p&eacute;ninsule de Zarzis.</span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif; font-size: medium;">Le 17 f&eacute;vrier 2012, le gouvernement tunisien propose Djerba pour un futur classement sur la liste du patrimoine mondial de l&rsquo;Unesco.</span></p> <p style="text-align: justify;"><strong><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif; font-size: medium;">D&eacute;mographie</span></strong></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif; font-size: medium;">Les habitants de l&rsquo;&icirc;le, principalement arabophones, comptent aussi une importante composante berb&eacute;rophone (Kutamas, Nefzas, Hawwaras, etc.). La plus grande partie de l&rsquo;&icirc;le est occup&eacute;e par des populations villageoises d&rsquo;origine berb&egrave;re comme &agrave; Mezraya, Ghizen, Tezdaine, Wersighen, Sedouikech, Ajim et Guellala o&ugrave; le parler traditionnel est le tamazight, &eacute;galement appel&eacute; ici chelha, langue aux consonances explosives o&ugrave; la lettre &laquo; t &raquo; revient presque &agrave; chaque mot. La tradition berb&eacute;rophone est maintenue surtout par les femmes. Sur le plan religieux se distingue une petite et tr&egrave;s ancienne communaut&eacute; juive &laquo; p&eacute;trifi&eacute;e dans les traditions h&eacute;bra&iuml;ques les plus anciennes &raquo;, lesquelles la disent issue des exil&eacute;s de J&eacute;rusalem. Elle a v&eacute;cu en vase clos pendant des si&egrave;cles.</span></p> <p style="text-align: justify;"><strong><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif; font-size: medium;">Architecture et urbanisme</span></strong></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif; font-size: medium;">Les Djerbiens, ayant eu &agrave; subir des attaques r&eacute;p&eacute;t&eacute;es venant de la mer tout au long de leur histoire, se sont &eacute;loign&eacute;s des c&ocirc;tes et dispers&eacute;s dans la campagne &agrave; l&rsquo;int&eacute;rieur de l&rsquo;&icirc;le. Le b&acirc;ti traditionnel est donc, en g&eacute;n&eacute;ral, isol&eacute; et dispers&eacute; ; il se structure selon une organisation hi&eacute;rarchique de l&rsquo;espace bas&eacute;e sur le menzel, terme signifiant &laquo; maison &raquo; en arabe litt&eacute;ral et d&eacute;crivant les espaces r&eacute;sidentiels et fonctionnels dans lesquels vivent les familles. Celui-ci constitue la cellule de base de l&rsquo;habitat f&eacute;d&eacute;r&eacute; autour de la mosqu&eacute;e.</span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif; font-size: medium;">Les couleurs dominantes des habitations djerbiennes sont le blanc vif pour les murs et les toits, le bleu ciel ou plus rarement le vert bouteille pour les portes et fen&ecirc;tres. D&rsquo;autres couleurs ont commenc&eacute; &agrave; appara&icirc;tre depuis l&rsquo;installation d&rsquo;habitants venus de l&rsquo;ext&eacute;rieur de l&rsquo;&icirc;le (en majorit&eacute; du Sud et du Centre-Ouest de la Tunisie) et la construction de maisons &laquo; de prestige &raquo; par les Djerbiens immigr&eacute;s. Sur l&rsquo;&icirc;le, il est interdit de construire plus de deux &eacute;tages au-dessus du rez-de-chauss&eacute;e et du sous-sol, ce qui a permis de pr&eacute;server une certaine harmonie architecturale.</span></p>

Voir plus
Gafsa

Gafsa est une ville du sud de la Tunisie et le chef-lieu du gouvernorat du même nom. Elle est située dans une trouée au milieu d'un alignement montagneux, appelé « mo<p style="text-align: justify;"><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif; font-size: medium;">Gafsa est une ville du sud de la Tunisie et le chef-lieu du gouvernorat du m&ecirc;me nom.</span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif; font-size: medium;">Elle est situ&eacute;e dans une trou&eacute;e au milieu d'un alignement montagneux, appel&eacute; &laquo; monts de Gafsa &raquo;, entre le Djebel Bou Ramli et le Djebel Orbata qui culmine &agrave; 1 165 m&egrave;tres. De par son emplacement, elle joue un r&ocirc;le de carrefour sur les axes routiers reliant Tunis &agrave; Nefta et le nord de l'Alg&eacute;rie &agrave; la Libye.</span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif; font-size: medium;">La municipalit&eacute; abrite une population de 84 676 habitants selon le recensement de 2004 mais son agglom&eacute;ration, comprenant &eacute;galement El Ksar, atteint 115 000 habitants.</span></p> <p style="text-align: justify;"><strong><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif; font-size: medium;">Histoire</span></strong></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif; font-size: medium;">Capsa, le nom antique de la ville de Gafsa, a donn&eacute; son nom &agrave; la culture &eacute;pipal&eacute;olithique capsienne. Des ossements et des traces d'activit&eacute;s humaines remontant &agrave; plus de 8 500 ans ont &eacute;t&eacute; d&eacute;couverts dans cette r&eacute;gion. Outre la fabrication d'outils en pierre et en silex, les Capsiens produisaient, &agrave; partir d'ossements, divers outils dont des aiguilles pour coudre des v&ecirc;tements &agrave; partir de peaux d'animaux. Au XIIe si&egrave;cle av. J.-C. selon la tradition litt&eacute;raire, les Ph&eacute;niciens fondent Utique. Pendant l'Antiquit&eacute;, les Romains occupent Capsa au IIe si&egrave;cle av. J.-C.. La ville se d&eacute;veloppe alors au point de devenir une municipe puis une colonie. En 540, les Byzantins la prot&egrave;gent d'un rempart et la rebaptisent Justiniana. Oqba Ibn Nafi Al Fihri prend la ville en 688 mais rencontre une r&eacute;sistance farouche car les Berb&egrave;res refusent longtemps de se convertir &agrave; l'islam. Au XIIe si&egrave;cle, on parle encore latin &agrave; Gafsa.</span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif; font-size: medium;">Gafsa devient le lieu de cantonnement de compagnies disciplinaires de l'arm&eacute;e fran&ccedil;aise. Ainsi, les mutins du 17e r&eacute;giment d'infanterie de ligne y furent envoy&eacute;s.</span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif; font-size: medium;">Durant la Seconde Guerre mondiale, en 1942 et 1943, la cit&eacute; subit plusieurs bombardements allemands et une partie de la kasbah est d&eacute;truite. Gafsa est le th&eacute;&acirc;tre d'une bataille historique, opposant la 10e division de panzers et les forces alli&eacute;es, connue sous le nom de bataille d'El Guettar.</span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif; font-size: medium;">Le 13 f&eacute;vrier 1952, le khalifa (pr&eacute;fet) de Gafsa, Sliman Ben Hamouda, est abattu d'un coup de pistolet.</span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif; font-size: medium;">En 1980, la ville est prise d'assaut par un commando venu de Libye, ce qui sera connu plus tard comme les &eacute;v&eacute;nements de Gafsa.</span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif; font-size: medium;">Durant le premier semestre 2008, les gr&egrave;ves de Gafsa mobilisent une grande partie de la population, durement frapp&eacute;e par le ch&ocirc;mage et la pauvret&eacute;, appelant au respect de la justice sociale et de la dignit&eacute;. Elles secouent tout le gouvernorat, avec de nombreuses morts, des arrestations ou des actes de torture li&eacute;es &agrave; la r&eacute;pression du r&eacute;gime de Zine el-Abidine Ben Ali. La r&eacute;gion est au c&oelig;ur de la r&eacute;volution de 2011, tout comme celles de Sidi Bouzid et Kasserine.</span></p>

Voir plus